Interview avec… Sébastien Cuénod, arbitre de l’AS Haute-Broye

Son passé, sa carrière

 

Sébastien Cuénod, tu es actuellement  arbitre pour l’ASHB, peux-tu te présenter en quelques mots ?

SC : Bonjour, alors j’ai 23 ans et j’habite à Palézieux-Gare. Je viens de terminer une formation universitaire en géographie et je suis actuellement à la recherche de mon premier emploi.

 

Tu es un véritable passionné de football puisque tu as également été joueur et entraîneur, peux-tu nous raconter ton parcours footballistique ?

SC : Oui, le football fait partie intégrante de ma vie ! Ma passion pour le football a débuté très tôt puisque j’ai commencé l’école de foot à l’âge de 5 ans, si mes souvenirs sont bons, avec déjà un certain Thierry Muser comme entraineur. Ensuite, j’ai fait mes juniors avec l’AS jusqu’à mes 14 ans. J’ai fait alors une petite pause avant de revenir à l’AS en tant qu’entraineur juniors. J’ai ensuite été engagé chez nos voisins de Puidoux-Chexbres pour entrainer les juniors C durant 3 ans. Dans l’intervalle, j’ai aussi commencé à m’intéresser à l’arbitrage. J’ai suivi le cours de formation en 2010 et cela fait donc maintenant bientôt 4 ans que je siffle sur les terrains vaudois. Actuellement, je privilégie entièrement l’arbitrage mais je joue encore parfois avec la Deux.

 

Quels ont été tes meilleurs souvenirs sur les terrains ?

SC : Je me souviens d’un tournoi juniors F à Bossonnens qu’on avait remporté en compagnie de joueurs qui font partie maintenant de la Une. Je me souviens aussi d’une victoire 17-2 à Grandson, mémorable car j’ai moi-même marqué un but, ce qui était quelque chose de rarissime… En tant qu’entraineur, je pense à ma première saison seul à la tête d’une équipe de juniors C, avec des jeunes formidables. On avait terminé 2e du groupe en ayant uniquement perdu de peu notre dernier match face à des machines de guerres à la limite de la régularité.

 Tournoi F de Bossonens 1999

Tournoi F de Bossonens  remporté par l’ASHB en 1999

Et les moments un peu plus difficiles ?

SC : Il y en a eu très peu. Je pense principalement aux raisons qui m’ont fait arrêter en juniors C, un entraineur catastrophique et une mauvaise ambiance dans l’équipe. Mais ce que j’ai vécu entre temps avec les deux équipes d’actifs m’ont largement réconcilié avec l’AS.

 

Que représente l’AS Haute-Broye à tes yeux ?

SC : L’AS restera toujours pour moi le club de mes débuts. Quand j’étais gamin, j’ai vécu de très bons moments sous les couleurs de l’AS. Et quand j’ai décidé de commencer l’arbitrage, c’est donc tout naturellement que je me suis tourné vers l’AS.

 

L’arbitrage

 

Qu’est-ce qui t’as amené à devenir arbitre ? A quel niveau te situes-tu actuellement ?

SC : Alors au début, c’était un peu par hasard. A Puidoux, un soir d’entrainement, un membre du comité est venu vers moi en me disant qu’il avait besoin d’un arbitre pour les juniors E le samedi matin et que je devais nominer un de mes joueurs pour aller arbitrer. Comme on avait un match important l’après-midi, je me suis dit : « mes joueurs ont besoin d’être en pleine forme pour le match, c’est moi qui vais venir arbitrer ! » Et dès le premier match j’ai tout de suite croché ! J’ai demandé ensuite à Julien Grand de m’inscrire au cours de formation pour arbitre débutant. Depuis, j’ai grimpé les échelons assez vite et je suis maintenant arbitre de 3e ligue et arbitre-assistant de 2e ligue inter. Je fais aussi partie des « arbitres espoirs vaudois », groupe qui me permet de beaucoup progresser et d’espérer aller encore plus haut.

 

La fonction d’arbitre correspond-elle à ce à quoi tu t’attendais ?

SC : Difficile à dire, vu que je n’avais pas forcément d’attentes particulières. Mais je suis très heureux de mon rôle d’arbitre. La passion du football reste intacte et en tant qu’arbitre, on découvre un autre point de vue, tout aussi intéressant et enrichissant.

 Sébastien Cuénod

On dit que la fonction d’arbitre est très ingrate et que les joueurs sont parfois agressifs, comment juges-tu ta relation avec les joueurs lors des matchs ?

SC : Cela varie vraiment de chaque match. Certes, il y a des matchs où l’on se dit « mais qu’est qu’il m’a pris de devenir arbitre… » mais je vous rassure, il y a aussi beaucoup de matchs où l’on se dit « c’est quand même magnifique l’arbitrage ». Avec les joueurs ça se passe en principe assez bien. Etant ancien joueur, j’arrive mieux à comprendre leurs attentes mais ce n’est pas toujours facile de trouver le juste milieu entre être à l’écoute des joueurs et ne pas se faire marcher dessus.

 

As-tu déjà rencontré des problèmes ou as-tu déjà eu peur au cours d’un match ?

SC : Oui ça m’est déjà arrivé malheureusement. Une bagarre générale s’est déclenchée lors d’un match que j’arbitrais. C’était un derby en 5e ligue et l’ambiance était vraiment électrique dès les premières minutes du match. Ce jour là, je n’ai pas vraiment eu peur car les joueurs ne m’en voulaient pas personnellement mais ça fait quand même réfléchir… Et quand je lis d’autres faits divers dans les journaux, je me dis que les catastrophes peuvent arriver plus vite qu’on le pense.

 

Au contraire, as tu déjà vu un acte fair-play qui t’a particulièrement marqué ?

SC : Il y a presque à chaque match des actes fair-play et c’est difficile d’en choisir qu’un… mais j’ai bien aimé, par exemple, lorsqu’un joueur s’était blessé et comme son équipe n’avait pas de valise médicale, c’est le médecin de l’équipe adverse qui est venu le soigner.

 

Quels conseils donnerais-tu à un jeune voulant se lancer dans l’arbitrage ?

SC : Je lui dirais de toujours croire en soi même dans les moments difficiles. Mais aussi de ne pas penser que tout est acquis et de continuer à travailler lorsque tout va bien. Et surtout, de prendre un maximum de plaisir à chaque match, car la passion est le moteur de notre activité.

 

Le futur 

 

Quels sont tes objectifs dans l’arbitrage et penses-tu siffler encore quelques années ?

SC : Je suis déjà très satisfait d’être arrivé au niveau où je suis actuellement et maintenant c’est que du bonus ! Mon prochain objectif est d’intégrer le groupe des espoirs romands, qui est une étape obligée pour pouvoir ensuite arbitrer à l’échelon supérieure qu’est la 1e ligue. Mais le chemin est encore long et je travaille beaucoup pour y parvenir. Que j’y arrive ou pas, je continuerai de toute façon à arbitrer pendant de nombreuses années.

 

Et sinon quels sont tes projets footballistiques ?

SC : Pour l’instant, je mets vraiment l’accent sur l’arbitrage mais je ne fais pas pour autant une croix sur les autres fonctions. J’imagine reprendre une équipe de juniors dans quelques années et concernant la fonction de dirigeant, pourquoi pas à la fin de ma carrière.

 

Pour finir un petit mot pour nos lecteurs ?

SC : Merci à tous pour le soutien que vous apportez d’une manière ou d’une autre à notre club et si l’un de vous se sent l’âme de devenir arbitre, qu’il n’hésite pas à me contacter pour des infos ou des conseils dans cette optique !

 

Un grand merci à Sébastien Cuénod, pour son investissement pour le club, le football amateur en général et pour avoir répondu à nos questions !