UN AMI DE L’AS S’EN EST ALLÉ

Ma Salvatore, che cosa ai fatto, andare via cosi presto ?

Pourquoi es-tu parti si vite Salvatore ?
Cet automne encore tu aimais venir avec tes copains, au bord du terrain d’Oron ou à l’extérieur. Toujours là, à tous les matches !
Tu venais naturellement soutenir l’équipe de l’AS Haute Broye, mais aussi partager ton avis sur les victoires de la Juve, ton club favori, et pour un Sicilien supporter une équipe de Turin… Là, tous ne te suivais pas volontiers, mais toi tu avais ton avis, souvent avisé.

Ah oui le foot était toujours présent dans ta vie ! Et les matches du Calcio sur la RAI, tu n’en ratais pas un.
Mais aussi et surtout, tu avais l’esprit club. Combien d’heures as-tu passé lors de la
construction des vestiaires et de la buvette d’Oron dans les années 80 ? Dieu seul le sait. Toujours là, disponible. Un GRAND MERCI Salvatore.
Il est vrai que ton métier de maçon t’as permis de bâtir d’autres belles constructions, comme les murs apparents en briques rouges du collège de Palézieux. Tu étais fier de nous les montrer.
A la retraite, ton dada préféré était le jardin : ah tes belles tomates, Mama Mia ! Rouges comme les Ferrari que tu aimais voir gagner.

Et tes olives de Sicile, là aussi une autre passion.

Tu as traversé la vie d’une manière simple et bien remplie, partagée entre ta Sicile natale et la Suisse, pays d’accueil, qui t’a donné du travail. Mais à qui tu as rendu un fier service, comme beaucoup de tes compatriotes : bâtir, bâtir et encore bâtir dans ton pays d’adoption. Encore merci de la part de tous ceux qui n’ont pas eu le temps de te le dire et de tous les footeux petits et grands de notre région.

Ciao Salvatore.

Capi (Pierre Carera)